Vérification des faits: Pourquoi les travailleurs de la Société Canadienne de l’Ouïe sont en grève?

Depuis le 6 mars, les travailleurs de la Société Canadienne de l’Ouïe sont en grève. Ils sont représentés par la section locale 2073 du SCFP et travaillent dans 24 bureaux à travers l’Ontario. Ces travailleurs fournissent des services essentiels à la communauté des sourds, devenus sourds, sourds oraux et malentendants. Quatre-vingt-dix pour cent (90 %) des grévistes sont des femmes, et 40 % sont des membres proviennent de la communauté sourde et malentendante.

La Société Canadienne de l’Ouïe ne dit pas la vérité à propos de la grève. Nous pensons qu’il est important pour notre communauté de connaître toute l’histoire
.

 

1.  Pourquoi les travailleurs de la SCO sont en grève?

La décision de grève pour une entente équitable a été l’une des décisions les plus difficiles que nous ayons jamais eues à faire. Les travailleurs de la SCO ont consacré leur vie professionnelle à la défense des services de qualité pour les personnes sourdes, devenues sourdes, sourdes oralistes et malentendantes. Nous ne voulons rien de plus que de se remettre au travail en fournissant les services que nous soucions profondément.

Nous avons passé quatre ans sans contrat. Cela fait quatre ans sans augmentation salariale, sans amélioration des conditions de travail, sans amélioration des avantages sociaux. Quatre ans à regarder nos conditions de travail décliner et les services offerts à cette communauté se détériorent. Quatre années de manque de respect envers nous et pour les clients qui dépendent de nous. Quatre ans à regarder plusieurs travailleurs et gestionnaires de la communauté sourde à être remplacés par des travailleurs de la communauté entendant avec sans connaissance de la culture et les besoins de cette communauté.

2.  Le syndicat veut négocier

Nous avons négocié à travers le week-end et dépassé le délai de grève légale. La veille de la grève, le SCFP a présenté à la SCO une nouvelle proposition de règlement. Nous avons indiqué par le biais de médiateurs nommés par la province que nous sommes toujours prêts à poursuivre les négociations, même si nous sommes en grève.

Nous n’avons toujours pas reçu de réponse à notre proposition. La SCO ne veut pas négocier à moins de pouvoir dicter les conditions. Les négociateurs du SCFP sont prêts à retourner à la table de négociation à tout moment de négocier pour un règlement juste et de mettre fin à la grève. Nous avons contacté la SCO et le ministère du Travail une demi-douzaine de fois depuis la grève a commencé et nous avons demandé une date pour reprendre les négociations. La SCO n’a pas proposé aucune date.

3.  Les modifications proposées à notre plan de congés de maladie nous rendent vulnérables

La SCO propose une éviscération dramatique de notre plan de congés de maladie. Parmi d’autres changements proposés, ils veulent sous-traiter notre régime de congés de maladie à un tiers qui déterminerait si nous devrions qualité pour les prestations de maladie. Ils nous ont fourni peu de détails sur ce projet de régime de maladie.

Nous fournissons des services qui éliminent des obstacles pour les personnes sourdes, devenues sourdes, sourdes oralistes et malentendantes. Comment pouvons-nous accepter une situation où les travailleurs sont punis pour avoir été malades ou blessé, et se retrouvent dans des situations où il sera difficile de se permettre de payer le loyer, des factures d’électricité ou les frais de garde d’enfant?

4.  Le coût de la vie augmente, les salaires gelés pendant 4 ans

Nos salaires ont été gelés pendant 4 ans, alors que le coût de la vie a augmenté. La SCO a offert un mélange de zéros, de petits montants forfaitaires, et une petite augmentation qui ne tient pas à distance le rythme de l’inflation.

La SCO prétend qu’ils ont été généreux en fournissant une augmentation à 50 % du personnel par des augmentations de la grille salariale depuis 2013. Mais l’augmentation d’échelon dans la grille des salaires n’est pas des augmentations salariales du tout. Lorsque vous commencez un emploi à la SCO, vous commencez à un salaire qui est bien inférieur au taux de salaire normal du personnel dans le même emploi. Après les premières années, le nouveau travailleur peut rattraper le taux de salaire des autres travailleurs qui effectuent le même travail en obtenant des augmentations annuelles selon l’échelon. La SCO cherche à dire que ces hausses sont des augmentations de salaire, mais ce n’est pas le cas. Ce n’est qu’une augmentation pour les nouveaux travailleurs parce qu’ils sont embauchés à un taux inférieur pour commencer. Comme environ 50 p. 100 de notre personnel de première ligne dévoué sont à la SCO depuis plus d’une décennie, ils sont au sommet de la grille et, par conséquent, leurs salaires ont été gelés.

Que pouvez-vous faire pour nous aider à négocier une entente équitable?

Envoyez un courriel à Julia Dumanian, jdumanian@chs.ca et le président du conseil d’administration de la SCO, Timothy Andrade, boardchair@chs.ca  ou communiquez avec la SCO [Sans-Frais: 1-877-347-3427.  ATS : 1-877-216-7310 et dites-leur que vous soutenez les travailleurs la SCO et exhortons-les à retourner à la table des négociations pour négocier une entente équitable qui respecte les travailleurs et les services que nous fournissons.

Pour suivre les développements: